Alimentation et qualités élémentaires

Nous avons tous en nous une sorte de paysage culinaire particulier plus ou moins riche, un jardin… qui n'est pas toujours secret. Il est certes changeant mais il conserve généralement quelques caractéristiques. Pour certains la nourriture doit être consistante ou pesante ou farineuse, pour d'autres grasse ou bien encore légère, aérée ou fluide, froide ou croquante, etc.
Après avoir considéré les quatre goûts fondamentaux, nous aimerions développer un peu ce que les Anciens appelaient les qualités élémentaires qui trouvent, tout naturellement, des illustrations exemplaires dans la nourriture.

alimentation.JPG


Ces considérations nous amèneront à
ressentir un certain nombre de choses puisque cette forme écrite ne permet pas les expériences pratiques.


Prenons l'exemple journalier de ce qu'on appelle dans notre pays le petit déjeuner. Après la nuit, cette période de repos et… de jeûne vient le réveil, nous absorbons d'abord, grâce à nos sens, les informations que nous donne le monde extérieur, quelle heure est-il, quelles nouvelles dans le monde, quel temps fait-il, les enfants sont-ils levés ?, etc. Puis… nous absorbons le monde non plus psychiquement mais physiquement, nous " déjeûnons ".


La "musique" de ce repas est riche en enseignement. Dans certains cas c'est un moment plutôt craquant, "scrotch" où entrent en scène les corn-flakes, les biscottes ou autres toasts et knäckebrot.


Dans d'autres cas la musique se fait plus fluide, c'est le fromage blanc qui glisse, le porridge un peu gluant ou encore la tartine trempée qui fait éponge, on est alors loin du scrotch… plus près sans doute du chlurf (mais bien d'autres onomatopées restent à trouver).
En plus du sec et de l'humide, nous choisissons aussi pour les boissons toutes les variantes du chaud et du froid.

 

Les commentaires sont fermés.