• jardinage biodynamique : les préparations

    Les préparations à pulvériser en jardinage biodynamique


    L'utilisation des préparations de bouse de corne (dite 500) et de silice de corne (dite 501) est indispensable en agriculture biodynamique.
    La bouse de corne est élaborée à partir de bouse de vache. Cette préparation favorise la structure du sol, stimule la vie microbienne et la formation de l'humus. Pulvérisée de préférence avant les semis, elle aide la plante à développer ses racines et ainsi à mieux approvisionner sa partie supérieure. Nous l'utilisons également lors des repiquages. Une portion de 25 g dynamisée une heure dans un récipient (évitez le plastique) de 25 litres permet de traiter environ 25 ares. Il est très important de former un bon vortex (tourbillon) en tournant la préparation. Cette dynamisation a pour vocation d'oxygéner et de vivifier la substance. Cette préparation, une fois brassée, doit être utilisée dans les 3 à 4 heures qui suivent car ensuite elle perd rapidement son action.

    La silice de corne
    Le silicium (quartz SiO2) est le constituant principal de l'écorce terrestre (47 %). Dans sa forme la plus pure, il laisse passer la lumière sans opposition. Le quartz très finement moulu, utilisé pour la silice de corne, possède une grande surface active à la lumière. le silicium pénètre dans les plantes (herbes, prèle) et dans le corps des animaux et des hommes (peau, œil, nerfs). Dans le sol, nous trouvons le silicium dans l'argile comme silicate d'alumine sous forme colloïdale. Sous cette forme, le silicium peut être absorbé par la plante, mais curieusement son rôle n'a guère intéressé les agronomes.
    La silice de corne renforce énormément le métabolisme de la lumière (photosynthèse) et apporte une vigueur et une qualité lumineuse aux plantes, équilibrant la trop grande luxuriance et atténuant les tendances aux maladies. La qualité nutritive des aliments, leur goût et leur arôme sont mis en valeur. Nous prenons une pointe de couteau, soit environ 1 g de silice de corne que nous brassons une heure dans 5 à 10 l d'eau. Ceci suffit pour 25 à 50 ares de surface cultivée. On le voit, on se situe dans des proportions homéopathiques, mais les sceptiques n'auront qu'à pulvériser une silice de corne en fin de matinée, en juin ou en été sur de jeunes pousses de salade ou sur n'importe quel végétal et observer le résultat, nous reparlons après de son efficacité.

    Le "compost de bouse" Maria Thun
    Mis au point par Maria Thun en jardinage biodynamique , ce mini compost possède la particularité de se conserver trois jours et d'avoir une durée de dynamisation moindre, vingt minutes. Il permet une bonne vie microbienne, il active la décomposition des végétaux et des matières organiques et, de ce fait, il favorise une restructuration rapide des sols.

    Les plantes des préparations à pulvériser en tisanes et
    décoction


    Les plantes utilisées dans les préparations du compost se sont avérées très utiles en pulvérisation de tisanes et de décoctions. Ainsi, pour lutter contre le mildiou de la tomate; ou contre les différentes maladies cryptogamiques de la vigne, les biodynamistes remplacent de plus en plus les traitements au cuivre par des pulvérisations à base d'ortie, d'achillée, de camomille ou de prêle (en raison de sa richesse en silice). Le principe d'autonomie Ces préparations ont pour vocation d'être élaborées par les jardiniers eux-mêmes en partenariat avec des agriculteurs, mais compte tenu du temps important qu'elles nécessitent, elles sont aujourd'hui fournies par des associations régionales ou des entreprises privées; elles peuvent être l'occasion de développer des liens associatifs, notamment avec les agriculteurs. Elles permettent de concrétiser un des fondements de la biodynamie qui veut que la production agricole trouve son autonomie.
    Pour le biodynamiste, il est important de favoriser le plus possible le principe d'autonomie, c'est pourquoi le technico-commercial engendrera difficilement un grand chiffre d'affaires avec les biodynamistes : pas d'achat d'engrais si le compost est élaboré, pas d'achat de produits phytosanitaires, excepté éventuellement des plantes séchées, peu d'achat de semences pour le jardinier qui maîtrise la production et la sélection de ses semences: la biodynamie n'est pas un bon créneau commercial.

    Travailler avec le vivant
    Comme on aura pu le constater, au terme de cette présentation, la biodynamie n'est pas restée figée en 1924, année du fameux cours donné par Rudolf Steiner, le travail de recherche tant sur les rythmes que sur l'application de préparations ou de tisanes de plantes a de beaux jours devant lui et incarne une alternative qui ouvre de grandes perspectives aux passionnés du travail avec le monde vivant.